Ottawa en 2050 : Température

Infographie faisant état des températures prévues à Ottawa d’ici 2050. Donc, d’ici 2050, il fera 3,2 degrés de plus en moyenne et le nombre de journées où la température dépassera les 30 degrés Celsius sera quatre fois plus élevé. De plus, nous observerons 35 % moins de journées sous la barre des -10 degrés Celsius. L’hiver sera écourté de cinq semaines, avec 33 % plus de cycles de gel et dégel.


Le climat d’Ottawa se réchauffe déjà. Entre le milieu des années 1940 et le milieu des années 2010, la température moyenne d’Ottawa a augmenté de 1,3 degré Celsius.

Cette tendance se poursuivra au cours des années à venir. Il fera plus chaud à Ottawa tout au long de l’année : les vagues de chaleur seront plus fréquentes et les jours de froid extrême moins nombreux.


Ce à quoi nous nous attendons

D’ici les années 2050, dans un scénario prévoyant de fortes émissions , la température de la région de la capitale nationale devrait, selon les projections, évoluer comme suit.

Hausse des températures moyennes en toutes saisons
La température moyenne augmentera de 3,2 degrés Celsius. Aucune saison ne devrait se réchauffer considérablement plus vite que les autres.

Moins d’épisodes de froid extrême
Le nombre de journées où la température sera inférieure à -10 degrés Celsius diminuera de 35 %. Cela représente une diminution à 46 jours par année comparativement au nombre actuel de 71 jours.

Vagues de chaleur extrême plus fréquentes
Les jours de forte chaleur supérieure à 30 degrés Celsius seront quatre fois plus nombreux. Cela représente une augmentation à 43 jours par année, comparativement au nombre actuel de 11 jours.

Augmentation de l’humidex
Le nombre de jours avec un indice humidex élevé augmentera.

Des hivers plus courts
Les saisons seront décalées. L’hiver sera plus court de cinq semaines, l’automne commencera trois semaines plus tard et le printemps deux semaines plus tôt.

Plus de gel-dégel
La fréquence des épisodes de gel-dégel augmentera de 33 % en hiver.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur ce à quoi vous devez vous attendre pour les années 2030 et 2080, consultez la synthèse de l’évolution du climat dans la région de la capitale nationale.


Quels sont les effets potentiels?

Quelles sont les répercussions possibles? Nous pouvons nous attendre à ce que les changements de température produisent les effets suivants à Ottawa.

Augmentation des maladies liées à la chaleur
Une hausse de la fréquence des épisodes de chaleur extrême signifie une augmentation des maladies liées à la chaleur. La chaleur extrême ou canicule peut entraîner la déshydratation, l’épuisement par la chaleur, un coup de chaleur, voire la mort. Les températures extrêmes peuvent mettre tout le monde en danger, en particulier les personnes qui n’ont pas accès à la climatisation. Les risques pour la santé sont plus élevés pour :

  • les nourrissons;
  • les personnes âgées;
  • les personnes qui travaillent ou font de l’exercice à l’extérieur;
  • les personnes qui ont des problèmes de santé préexistants;
  • les personnes en situation d’itinérance;


Augmentation des cas de maladie de Lyme, de virus du Nil occidental et possiblement d’autres maladies
Les saisons prolongées et plus chaudes signifient que les populations de tiques peuvent croître, se propager et être actives plus longtemps. Les tiques peuvent causer la maladie de Lyme. Le nombre de cas d’autres maladies à transmission vectorielle, comme le virus du Nil occidental, qui se propage par les moustiques, pourrait également augmenter avec le réchauffement, de même que des maladies dont la prévalence est actuellement faible dans notre région.

Diminution de la possibilité de pratiquer des loisirs hivernaux
Des températures hivernales plus chaudes signifient une glace plus fine. Ottawa devrait également recevoir moins de neige et plus de pluie en hiver. Par conséquent, les possibilités de pratiquer des activités hivernales comme le ski de fond ou le patinage seront plus limitées. Ces activités hivernales ont une influence positive sur la santé publique, le tourisme et l’économie locale.

Une période de végétation plus longue
La prolongation des saisons chaudes pourrait être bénéfique à l’agriculture; en revanche, les précipitations variables et le risque de sécheresse pourraient poser de nouvelles difficultés. Les produits des fermes de la région pourraient apporter une valeur ajoutée à l’économie locale.

Changements dans l’environnement naturel
Les températures plus chaudes combinées à des précipitations plus variables peuvent avoir une incidence sur la croissance des arbres et de la végétation. Les conditions pourraient être plus favorables aux espèces envahissantes et d’autres espèces pourraient être en péril en raison des changements dans leur habitat.

Évolution de la demande en énergie
La demande d’énergie devrait évoluer selon les saisons, étant donné que nous aurons besoin de plus de climatisation en été et de moins de chauffage en hiver. En plus de réduire la consommation globale d’énergie en hiver, cela pourrait réduire la quantité de bois brûlé pour le chauffage dans certains secteurs, ce qui se traduirait par une amélioration de la qualité de l’air.

Détérioration accrue des routes et autres infrastructures
Une augmentation des épisodes de chaleur extrême et des cycles de gel-dégel en raison des hivers plus chauds pourrait causer une détérioration de nos routes et autres infrastructures.

Nous nous pencherons plus attentivement sur les incidences du changement climatique dans le cadre de l’évaluation de la vulnérabilité au climat.

Découvrez quels sont les effets du milieu bâti sur la température de surface

Découvrez les mesures que la Ville applique déjà pour s’adapter aux changements climatiques.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Partager le lien par courriel
<span class="translation_missing" title="translation missing: fr-CA.projects.blog_posts.show.load_comment_text">Load Comment Text</span>