Pourquoi Ottawa a-t-elle besoin d’une stratégie de transition énergétique locale?

    Notre climat change, et nous devons agir rapidement pour éviter les répercussions impossibles à gérer des changements climatiques. 

    Les scientifiques de partout dans le monde s’entendent pour dire que la croissance rapide des températures mondiales a créé une urgence climatique. En 2018, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat a publié le rapport spécial sur le réchauffement planétaire de 1,5 °C, qui fournit les preuves scientifiques justifiant la nécessité de limiter le réchauffement de la planète à 1,5 °C. 

    Selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat et le consensus scientifique international, nous avons jusqu’à 2030 pour apporter des changements significatifs si nous voulons limiter l’augmentation de la température moyenne planétaire à 1,5 °C. Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat a déclaré qu’il est possible de limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C, mais qu’il « faudrait modifier rapidement, radicalement et de manière inédite tous les aspects de la société ».

    En réponse à l’urgence climatique mondiale, la Ville a établi des cibles ambitieuses pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 100 % d’ici 2050. En tant que stratégie de la collectivité d’Ottawa pour la transition énergétique, Évolution énergétique établit un cadre pour les mesures qui seront nécessaires afin d’atteindre ces cibles et de comprendre l’ampleur des mesures et des investissements requis.

    Pourquoi la Ville a-t-elle déclaré l’urgence climatique?

    Le Conseil municipal a déclaré l’urgence climatique le 24 avril 2019 dans le but d’affirmer, d’encadrer et d’approfondir son engagement envers la protection de notre économie, de nos écosystèmes et de notre collectivité contre les changements climatiques. 

    Cette déclaration a permis de fournir au personnel une orientation supplémentaire pour élargir la portée du travail sur le Plan directeur sur les changements climatiques, le projet Évolution énergétique et la stratégie de résilience climatique

    Quelles sont les émissions de gaz à effet de serre d’Ottawa?

    Chaque année, la Ville surveille la quantité d’émissions de gaz à effet de serre produites par les activités réalisées à l’intérieur de son territoire. Les activités quotidiennes comme le chauffage des logements, les déplacements dans la ville et le traitement des déchets solides et des eaux usées peuvent toutes contribuer aux émissions de gaz à effet de serre. 

    En 2018, environ 90 % des émissions de gaz à effet de serre d’Ottawa étaient attribuables aux bâtiments et aux transports. La plupart de ces émissions provenaient du gaz naturel utilisé pour le chauffage des locaux et de l’eau dans les logements et les entreprises ainsi que de l’essence et du diesel utilisés pour alimenter les véhicules. 

    La Ville surveille également les émissions de gaz à effet de serre produites par ses propres activités, qui, en 2018, représentaient moins de 5 % de l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre d’Ottawa. Cela comprend les émissions produites par le transport en commun, les véhicules de la Ville, le traitement des eaux usées, le traitement des déchets solides résidentiels et les bâtiments de la Ville. Plus de la moitié des émissions de gaz à effet de serre de la Ville proviennent du diesel, qui est principalement utilisé pour alimenter les véhicules de transport en commun. 

    Cliquez ici pour en savoir plus au sujet des émissions de gaz à effet de serre d’Ottawa

    Quelles sont les cibles de réduction des émissions de gaz à effet de serre de la Ville?

    Le 29 janvier 2020, le Conseil municipal d’Ottawa a approuvé des cibles de réduction des gaz à effet de serre à court, à moyen et à long terme fondées sur les niveaux de 2012 :

    • Réduire les émissions de la collectivité de :
      • 43 % d’ici 2025;
      • 68 % d’ici 2030;
      • 96 % d’ici 2040;
      • 100 % d’ici 2050.


    • Réduire les émissions des activités municipales de :
      • 30 % d’ici 2025;
      • 50 % d’ici 2030;
      • 100 % d’ici 2040.

    Quels ont été les effets de la COVID-19 sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre?

    Les efforts visant à ralentir la propagation de la COVID-19, comme la distanciation physique, les restrictions sur les voyages et le télétravail, ont réduit les émissions mondiales de gaz à effet de serre. Même si ces réductions sont importantes, elles ne sont qu’une petite portion de ce qui est nécessaire pour atténuer les changements climatiques, et elles sont probablement temporaires. En l’absence de mesures de stimulation économique axées sur l’économie verte et d’autres mesures permanentes, on s’attend à ce que les émissions reviennent à leurs niveaux d’avant la pandémie.

    Que fait déjà la Ville pour réduire les émissions de gaz à effet de serre?

    De nombreuses directions générales de la Ville participent à des initiatives qui réduisent les émissions de gaz à effet de serre. En voici quelques exemples :

    • La première phase du projet de train léger sur rail, qui a commencé en septembre 2019 et qui a permis de remplacer par des trains électriques à faibles émissions de carbone un tronçon de 12,5 km de transport en commun rapide par autobus fonctionnant au diesel.
    • Le Plan vert du parc de véhicules municipaux qui comprend l’achat continu de véhicules hybrides, électriques et à carburant de remplacement pour le parc de véhicules diversifié de la Ville.
    • L’installation de bornes de recharge publiques pour les véhicules électriques sur le domaine municipal.
    • Une Politique sur les bâtiments écologiques qui stipule que tous les nouveaux bâtiments de la Ville seront conçus et construits conformément aux normes en matière d’efficacité énergétique de l’industrie.
    • Un programme de réduction de l’énergie visant à apporter des améliorations en matière d’efficacité énergétique dans les bâtiments de la Ville et à générer de l’énergie renouvelable.

    Cliquez ici pour en savoir plus au sujet des initiatives de lutte contre les changements climatiques de la Ville

    Que fait la Ville pour s’adapter aux répercussions des changements climatiques?

    Même si les efforts visant à réduire grandement ses émissions sont essentiels pour diminuer les répercussions des changements climatiques, la Ville élabore également une stratégie de résilience climatique pour renforcer sa capacité de composer avec le changement. La première étape de cette stratégie était de comprendre comment le climat changera. Cette étape a été achevée en juin, avec la publication des projections climatiques pour la région de la capitale nationale


    Nous utilisons les projections climatiques pour évaluer le risque et la résilience pour tous les services de la Ville. Nous examinons quelles seront les répercussions des changements climatiques sur les collectivités, la santé, l’infrastructure, l’économie et l’environnement. Nous travaillons également avec les directions générales de la Ville pour les aider à utiliser les projections dans les évaluations de la vulnérabilité et des risques afin de réaliser certains projets ou programmes. 


    Puis, nous évaluerons l’à-propos de nos mesures actuelles d’adaptation, nous recenserons les lieux et les points de vulnérabilité d’Ottawa et nous attribuerons des priorités aux mesures à adopter pour corriger ces lacunes. Nous porterons une attention particulière aux personnes qui pourraient être plus vulnérables aux changements climatiques. Nous travaillerons en collaboration avec toutes les directions générales de la Ville, dont Santé publique Ottawa, et nous nous en remettrons à d’autres évaluations des risques pour la planification des mesures d’urgence et les infrastructures correspondantes. Cliquez ici pour en savoir plus au sujet de la stratégie de résilience climatique de la Ville.

    Quelles seront les répercussions de la stratégie de gestion de la croissance sur la capacité d’atteindre les cibles en matière de réduction des gaz à effet de serre?

    En mai, le Conseil municipal a approuvé la stratégie de gestion de la croissance dans le cadre du nouveau Plan officiel pour la croissance et le développement de la ville d’ici 2046. Le scénario de croissance approuvé permettra d’obtenir des taux de densification plus élevés ainsi qu’une expansion des limites du territoire urbain. 

    Le modèle d’Évolution énergétique n’a pas été explicitement conçu pour évaluer l’utilisation du territoire ou les stratégies de gestion de la croissance, mais pour décrire les façons dont Ottawa peut réduire les émissions de gaz à effet de serre de 100 % d’ici 2050. Le modèle suppose que toutes les mesures requises pour atteindre la cible sont maintenues. En particulier, l’atteinte des cibles pour les véhicules électriques d’Évolution énergétique devrait être une priorité absolue. Les raisons sont les suivantes :

    • La dépendance à la voiture est l’aspect le plus touché par l’utilisation du territoire et l’expansion des limites du territoire urbain.
    • L’électrification des véhicules privés compte pour 20 % de la réduction des gaz à effet de serre nécessaire pour réaliser le scénario de 100 %.