Stratégie de résilience climatique

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Partager le lien par courriel

Le climat d’Ottawa évolue. Dans l’ensemble, le climat d’Ottawa est appelé à se réchauffer énormément et à devenir plus humide dans les décennies à venir : les pluies seront plus fortes et les jours de chaleur extrême, et les épisodes météorologiques extrêmes, tels que vents violents, inondations et tempêtes hivernales, devraient se multiplier. La Ville travaille à l’élaboration d’une stratégie de résilience climatique afin d’orienter la façon dont Ottawa peut se préparer et réagir aux répercussions prévues des changements climatiques.

La Stratégie de résilience climatique est l’une des huit priorités du Plan directeur sur les changements climatiques.


Pour lutter contre le changement climatique, la Ville d’Ottawa doit réduire ses émissions de gaz à effet de serre tout en se préparant à faire face aux conséquences du climat changeant. Évolution énergétique est une stratégie de la Ville visant à atteindre l’objectif de zéro émission de gaz à effet de serre d’ici 2050. La Stratégie de résilience climatique vise à préparer Ottawa aux changements climatiques. Renseignez‑vous au sujet d’Évolution énergétique et des gestes que vous pouvez poser pour réduire vos émissions de gaz à effet de serre.


À quoi ressemblera le climat de demain à Ottawa et quels sont les risques?

Dans l’ensemble, le climat d’Ottawa est appelé à se réchauffer énormément dans les prochaines décennies : les pluies seront plus fortes et les épisodes météorologiques seront probablement plus violents. Apprenez‑en plus sur les changements climatiques qui devraient se produire à Ottawa et les répercussions qu’ils auront :


Impliquez-vous et donnez votre avis

La version provisoire de la stratégie de résilience climatique, Parés pour les changements climatiques Ottawa, est désormais accessible aux fins de consultation publique. Vous pouvez nous faire part de votre avis en

Pour en savoir plus sur le programme Ottawa prêt pour le climat et sur la façon de donner votre avis.

Vous trouverez dans le rapport « Ce que nous avons entendu » de 2023 un résumé de la façon dont nous avons intégré les commentaires formulés lors des précédentes consultations.

Abonnez‑vous au bulletin d’information électronique sur les changements climatiques pour recevoir des nouvelles sur la Stratégie de résilience climatique et d’autres initiatives dans ce domaine.

Le climat d’Ottawa évolue. Dans l’ensemble, le climat d’Ottawa est appelé à se réchauffer énormément et à devenir plus humide dans les décennies à venir : les pluies seront plus fortes et les jours de chaleur extrême, et les épisodes météorologiques extrêmes, tels que vents violents, inondations et tempêtes hivernales, devraient se multiplier. La Ville travaille à l’élaboration d’une stratégie de résilience climatique afin d’orienter la façon dont Ottawa peut se préparer et réagir aux répercussions prévues des changements climatiques.

La Stratégie de résilience climatique est l’une des huit priorités du Plan directeur sur les changements climatiques.


Pour lutter contre le changement climatique, la Ville d’Ottawa doit réduire ses émissions de gaz à effet de serre tout en se préparant à faire face aux conséquences du climat changeant. Évolution énergétique est une stratégie de la Ville visant à atteindre l’objectif de zéro émission de gaz à effet de serre d’ici 2050. La Stratégie de résilience climatique vise à préparer Ottawa aux changements climatiques. Renseignez‑vous au sujet d’Évolution énergétique et des gestes que vous pouvez poser pour réduire vos émissions de gaz à effet de serre.


À quoi ressemblera le climat de demain à Ottawa et quels sont les risques?

Dans l’ensemble, le climat d’Ottawa est appelé à se réchauffer énormément dans les prochaines décennies : les pluies seront plus fortes et les épisodes météorologiques seront probablement plus violents. Apprenez‑en plus sur les changements climatiques qui devraient se produire à Ottawa et les répercussions qu’ils auront :


Impliquez-vous et donnez votre avis

La version provisoire de la stratégie de résilience climatique, Parés pour les changements climatiques Ottawa, est désormais accessible aux fins de consultation publique. Vous pouvez nous faire part de votre avis en

Pour en savoir plus sur le programme Ottawa prêt pour le climat et sur la façon de donner votre avis.

Vous trouverez dans le rapport « Ce que nous avons entendu » de 2023 un résumé de la façon dont nous avons intégré les commentaires formulés lors des précédentes consultations.

Abonnez‑vous au bulletin d’information électronique sur les changements climatiques pour recevoir des nouvelles sur la Stratégie de résilience climatique et d’autres initiatives dans ce domaine.

  • Parés pour les changements climatiques Ottawa

    Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Partager le lien par courriel

    L’ébauche de la Stratégie de résilience climatique, Parés pour les changements climatiques Ottawa, est maintenant disponible pour des consultations publiques. Le programme Parés pour les changements climatiques Ottawa cerne les mesures à prendre pour faire face aux principaux risques auxquels Ottawa est confrontée et pour se préparer à des conditions météorologiques plus chaudes, plus humides et plus imprévisibles.

    Le programme Parés pour les changements climatiques Ottawa s’appuie sur les projections climatiques et l’évaluation de la vulnérabilité et des risques climatiques. Il a été créé en collaboration avec tous les services de la Ville et avec la contribution de la collectivité. Le résumé de la stratégie Parés pour les changements climatiques Ottawa donne une vue d'ensemble des visions, des principes et du cadre de la stratégie.

    La stratégie est divisée en cinq thèmes principaux :


    Le programme Parés pour les changements climatiques Ottawa est une stratégie à long terme qui guidera les actions et les investissements qui permettront à Ottawa de devenir une ville résiliente d’ici 2050. Une fois que les commentaires auront été reçus sur la stratégie à long terme, on élaborera un plan de mise en œuvre à court terme qui accordera la priorité à des mesures précises. Même si la Ville a de nombreuses initiatives en cours, le programme Parés pour les changements climatiques Ottawa définit de nouvelles politiques, de nouveaux programmes et de nouvelles mesures visant à renforcer la résilience d’Ottawa face aux changements climatiques.

    La préparation aux changements climatiques nécessitera que toute personne prenne des mesures. Le programme Parés pour les changements climatiques Ottawa définit les mesures qui soutiennent les personnes, les collectivités, les entreprises et les organisations, ainsi que les domaines où un soutien plus important est nécessaire de la part des autres ordres de gouvernement.

    Sondage

    Donnez votre avis sur l’ébauche de la stratégie en répondant au sondage avant le 21 mai.

    Les résultats du sondage nous aideront à faire ce qui suit :

    • Déterminer les mesures que la Ville devrait prendre en premier lieu.
    • Faciliter la préparation des Ottaviens aux changements climatiques.


    Le sondage est divisé en questions portant sur chacun des cinq thèmes énumérés ci-dessus. Nous vous recommandons de lire le contenu figurant dans le lien ci-dessus avant de répondre au sondage.

    Séances portes ouvertes

    Participez à l’une des séances portes ouvertes en personne ou virtuelles pour en apprendre plus sur Parés pour les changements climatiques Ottawa et découvrir comment les commentaires des consultations précédentes ont permis de façonner le projet. Les séances comprennent également la possibilité de transmettre vos commentaires et de poser des questions à l’équipe de Parés pour les changements climatiques Ottawa.

    Date, heures et lieu
    Programme
    Détails de l’inscription

    Mardi 23 avril, de 18 h 30 à 20 h 30, hôtel de ville (Place-Jean-Pigott)

    18 h 45 – 19 h 30 Présentation donnant un aperçu de Parés pour les changements climatiques Ottawa suivie d’une période de questions.

    19 h 30 – 20 h 30 Séance portes ouvertes pour en apprendre davantage sur Parés pour les changements climatiques Ottawa, faire part de vos commentaires et poser des questions.
    Accès libre, aucune inscription requise

    Jeudi 25 avril, de 18 h 30 à 20 h 30, Sportsplex de Nepean (salle Richmond)

    18 h 45 – 19 h 30 Présentation donnant un aperçu de Parés pour les changements climatiques Ottawa suivie d’une période de questions.

    19 h 30 – 20 h 30 Séance portes ouvertes pour en apprendre davantage sur Parés pour les changements climatiques Ottawa, faire part de vos commentaires et poser des questions.
    Accès libre, aucune inscription requise

    Dimanche 28 avril, de 10 h à midi, Complexe récréatif Ray-Friel (salle Fallingbrook)

    10 h 15 – 11 h Présentation donnant un aperçu de Parés pour les changements climatiques Ottawa suivie d’une période de questions.

    11 h — midi Séance portes ouvertes pour en apprendre davantage sur Parés pour les changements climatiques Ottawa, faire part de vos commentaires et poser des questions.
    Accès libre, aucune inscription requise

    Mardi 30 avril, de 18 h 30 à 20 h, Zoom

    18 h 45 – 20 h Présentation donnant un aperçu de Parés pour les changements climatiques Ottawa suivie d’une période de questions.
    Inscription sur Zoom

    Si vous avez besoin de mesures d’adaptation pour participer pleinement à la séance portes ouvertes, veuillez écrire à l’adresse changementsclimatiques@ottawa.ca.

  • Communautés résilientes

    Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Partager le lien par courriel

    Ottawa compte un million d’habitants qui vivent dans différentes collectivités réparties dans une vaste région géographique. Les changements climatiques auront des répercussions importantes sur l’habitabilité de notre ville. Un grand nombre des principaux risques climatiques sont liés aux éléments suivants :

    • La santé physique et mentale des résidents et des visiteurs
    • La préparation à la chaleur, aux inondations et aux conditions météorologiques extrêmes
    • Les répercussions négatives sur la sécurité alimentaire
    • L’incidence sur l’économie, y compris le tourisme et l’agriculture


    Ces répercussions s’accompagnent de coûts importants pour les personnes, les entreprises, les organisations et les gouvernements.

    L’une des priorités est d’établir l’équité. Même si tout le monde subira les effets des changements climatiques, certaines populations sont touchées de manière disproportionnée en raison de leur exposition accrue aux risques climatiques. - Par exemple, elles passent beaucoup de temps à l’extérieur, vivent dans une région où les inondations ou les feux de forêt sont fréquents, ou sont confrontées à des obstacles systémiques.

    Nous devons renforcer les capacités et éliminer les obstacles afin que chacun puisse se préparer aux changements climatiques. Par « chacun », on entend également celles et ceux qui disposent de moins de ressources ou de capacités pour se préparer aux répercussions des changements climatiques, y répondre ou s’en remettre. La préparation aux changements climatiques est une responsabilité partagée, et la Ville peut jouer un rôle grâce à l’éducation, aux politiques et aux programmes.

    Les mesures clés proposées pour améliorer l’état de préparation de la collectivité aux changements climatiques

    • L’éducation et la sensibilisation des collectivités et des entreprises sur la façon de se préparer aux risques climatiques, tels que les chaleurs extrêmes, les inondations, la sécurité alimentaire, ainsi que les maladies causées par les tiques et les moustiques, et de s’en protéger. Effectuer une sensibilisation ciblée des personnes les plus exposées aux risques, notamment les personnes âgées, les nouveaux arrivants et les personnes vivant seules, et dans des formats multilingues.
    • Aider les collectivités et les partenaires locaux à prendre des mesures, y compris l’information et le financement des organisations communautaires et des organismes de services sociaux pour les programmes de préparation aux changements climatiques.
    • Prévoir davantage d’endroits pour se rafraîchir, tels que des arbres, des aires de jeux d’eau, des structures d’ombrage, des stations d’eau potable et des stations de brumisation. Accordez-leur la priorité dans les zones où les besoins sont les plus importants. Examiner les moyens d’améliorer l’accès à la climatisation dans les logements pour les résidents à faibles revenus, notamment grâce à des règlements et à des mesures incitatives.
    • Étendre les programmes de préparation et de sensibilisation aux inondations, tels que le Programme d’installation de dispositifs protecteurs sanitaires résidentiels et le programme Parés pour la pluie, afin d’aider les propriétaires à prendre des mesures pour se préparer aux fortes pluies.
    • Élaborer et renforcer les plans de préparation et d’intervention en matière d’inondations en fonction d’une cartographie à jour des inondations riveraines et des prévisions élaborées par les offices de protection de la nature. Interdire tout nouvel aménagement dans la zone inondable riveraine réglementaire et exiger des mesures d’atténuation des inondations pour les aménagements dans les zones à risque lors d’une inondation riveraine plus grave. Sensibiliser les propriétaires aux mesures qu’ils peuvent prendre pour réduire les risques d’inondation riveraine et plaider en faveur d’un soutien accru de la part des autres niveaux de gouvernement pour l’atténuation des inondations et le rétablissement. Continuer à améliorer les programmes qui réduisent les risques d’inondation des terres et des sous-sols ainsi que de débordement des égouts lors des épisodes de fortes pluies.
    • Soutenir les systèmes agricoles et alimentaires pour s’adapter à l’évolution des conditions climatiques et encourager la production alimentaire locale.


    D’autres mesures visant à soutenir les collectivités résilientes sont abordées dans les sections consacrées à la préparation et à l’intervention en cas de conditions météorologiques extrêmes, à l’environnement naturel et aux parcs, ainsi qu’aux bâtiments, aux systèmes de transport et aux réseaux d’adduction d’eau résilients.

    Communautés résilientes Renforcer les plans d’atténuation des inondations et d’intervention en cas d’inondations riveraines et par ruissellement Aider les collectivités et les partenaires locaux à prendre des mesures grâce à l’information et au financement Étendre les programmes de préparation et de sensibilisation aux inondations Encourager la production de denrées alimentaires locales et soutenir les systèmes agricoles pour qu’ils s’adaptent Ajouter des arbres, des structures d’ombrage et des endroits pour se rafraîchir dans les zones où les besoins sont les plus importants. Éducation et sensibilisation des communautés et des entreprises au sujet des événements de chaleur extrême, des inondations et d’autres risques climatiques En savoir plus : participons.ottawa.ca/la-resilience-climatique

    Pour en savoir plus et donner votre avis

  • Bâtiments, transports et réseaux d’adduction d’eau résilients

    Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Partager le lien par courriel

    La Ville gère des infrastructures d’une valeur d’environ 70 milliards de dollars, telles que les routes et les sentiers, les bâtiments, le système de transport, les installations de traitement de l’eau potable, et les réseaux d’égouts. Cette infrastructure est essentielle au fonctionnement et à l’habitabilité d’Ottawa.

    Bâtiments

    La plupart des bâtiments existants à Ottawa n’ont pas été conçus en fonction des conditions climatiques futures. Les effets de la chaleur extrême sur la santé constituent un défi particulier lorsque les bâtiments ne sont pas climatisés. Les bâtiments devront être conçus et adaptés de manière à rester habitables pendant les vagues de chaleur et à résister à d’autres risques climatiques tels que les vents violents, les inondations ou les pannes d’électricité. Des mesures doivent être prises pour les bâtiments publics et privés, en particulier pour les bâtiments destinés aux populations à faible revenu et à risque qui sont touchées de manière disproportionnée par les changements climatiques.

    Transports

    Les chaleurs extrêmes, les précipitations intenses, les pluies verglaçantes, les cycles de gel et de dégel et les phénomènes météorologiques extrêmes peuvent tous endommager et perturber nos réseaux piétonniers, cyclistes, routiers et de transport en commun. Ces événements augmentent les coûts d’entretien, de réparation et de reconstruction. Les risques pour la santé et la sécurité, les retards, la perte de productivité et l’accessibilité ont également des répercussions sociales et économiques plus larges.

    Eau, eaux usées et eaux pluviales

    L’infrastructure d’eau d’Ottawa fournit des services essentiels en matière d’eau potable, de traitement des eaux usées, de drainage et de gestion des eaux pluviales. Les changements climatiques auront une incidence sur les services fournis par cette infrastructure. Par exemple, les systèmes de drainage et de gestion des eaux pluviales peuvent être submergés par l’augmentation de la quantité et de l’intensité des précipitations, et les systèmes d’approvisionnement en eau potable et de traitement des eaux usées peuvent être exposés à des risques en raison des pannes d’électricité.

    Nous devons améliorer la résilience du réseau de transport, des bâtiments, ainsi que des systèmes d’approvisionnement en eau, de traitement des eaux usées et de gestion des eaux pluviales afin qu’ils puissent continuer à fournir des services dans les conditions climatiques à venir. La Ville peut également jouer un rôle en aidant les personnes à préparer et à protéger leurs bâtiments privés contre les effets des changements climatiques. Les arbres, les jardins pluviaux, ainsi que les surfaces poreuses et réfléchissantes peuvent également contribuer à réduire les répercussions liées à l’augmentation des précipitations et des chaleurs extrêmes.

    Les mesures clés proposées pour améliorer la résilience des bâtiments et des infrastructures

    • Protéger les infrastructures essentiellesde l’évolution du climat, y compris, mais sans s’y limiter :
      • La protection contre les inondations dans les usines d’épuration de l’eau.
      • L’alimentation de secours dans les usines d’épuration des eaux usées et les stations de pompage.
      • Adapter le train léger sur rail (TLR) et les autobus pour qu’ils puissent fonctionner en cas de chaleur extrême, de tempête de verglas et de pannes d’électricité.
    • Construire de nouvelles infrastructures et de nouveaux bâtiments appartenant à la Ville pour résister aux conditions climatiques futures en mettant à jour les normes de conception et en intégrant des mesures dans la Politique municipale sur les bâtiments verts.
    • Surveiller, entretenir et renouveler les infrastructures et les bâtiments existants de la Ville pour traiter les risques les plus élevés et mettre à jour les plans de gestion des actifs et les plans financiers à long terme en ce qui concerne la hausse des coûts de renouvellement et d’exploitation à long terme.
    • Encourager la conception et l’aménagement de nouvelles collectivités et de nouveaux bâtiments privés de manière à ce qu’ils puissent résister aux conditions climatiques futures, en intégrant des mesures dans les plans de conception communautaire et les plans secondaires, les lignes directrices de planification, et la norme pour l’aménagement d’immeubles très performants.
    • Se préparer pour l’augmentation des précipitations et des eaux de ruissellement grâce au plan en période de précipitations et la mise à jour des exigences de gestion des eaux pluviales pour les nouveaux aménagements et l’adaptation des quartiers plus anciens. Utiliser des solutions fondées sur la nature lorsque cela est possible.
    • Aider les propriétaires de bâtiments à devenir plus résilients grâce à des programmes d’éducation, de sensibilisation et d’encouragement tels que le Programme de prêts Maisons durables Ottawa et le Programme d’amélioration des bâtiments d’Ottawa.
    • Travailler avec des partenaires et d’autres ordres de gouvernement pour aider les logements sociaux et les habitations à loyer modéré à devenir plus résilients.
    • Améliorer le confort et la sécurité des Ottaviens en fournissant de l’ombre, des abris et un accès à l’eau sur les trottoirs, les pistes cyclables et les arrêts de transport en commun.

    Bâtiments et infrastructures résilients Construire les immeubles et les infrastructures de la Ville en fonction des conditions climatiques futures Protéger les infrastructures essentielles Intégrer la résilience dans les plans de conception communautaire et les normes de construction Travailler avec des partenaires pour trouver du financement afin de rénover les logements à loyer modéré Soutenir les propriétaires de maisons et d’immeubles actuels grâce à l’éducation et aux mesures incitatives Augmenter l’ombre et les abris sur les trottoirs, les pistes cyclables et les arrêts de transport en commun En savoir plus : participons.ottawa.ca/la-resilience-climatique

    Pour en savoir plus et donner votre avis

  • Environnement naturel et parcs

    Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Partager le lien par courriel

    Les espaces naturels et les parcs de la Ville sont des lieux importants pour se détendre, explorer, participer à des activités sportives et s’amuser. L’accès à la nature est essentiel pour la santé physique et mentale, ainsi que pour le lien culturel. Les espaces verts offrent également de nombreux avantages connexes aux personnes et à la faune. Les avantages comprennent l’air pur, la réduction des inondations et l’amélioration de la qualité de l’eau, l’ombre et un habitat pour les animaux et les pollinisateurs. Il s’agit d’avantages qui sont aussi essentiels à l’habitabilité et au fonctionnement de notre ville que les routes et les égouts.

    Les changements climatiques influent déjà sur la nature et les parcs. La propagation accrue des maladies, des ravageurs et des espèces envahissantes a des conséquences importantes et coûteuses. Par exemple, l’agrile du frêne a endommagé environ 20 % des arbres d’Ottawa au cours des 15 dernières années. Les conditions météorologiques extrêmes constituent également une menace importante pour les espaces naturels d’Ottawa. Les récentes tempêtes de vent et de verglas ont endommagé des milliers d’arbres.

    Nous devons tous prendre des mesures pour favoriser l’adaptation des parcs, des arbres et de la nature aux changements climatiques, et pour protéger et développer ces zones afin qu’elles continuent d’apporter des avantages à nos collectivités et à la faune.

    Les mesures clés proposées pour soutenir la résilience de la nature et des parcs.

    • Protéger et améliorer les arbres et les forêts - accélérer la plantation d’arbres, et protéger la santé des forêts et des arbres par l’arrosage, la gestion des ravageurs et l’élagage proactif. Soutenir le rétablissement et le nettoyage après des conditions météorologiques extrêmes, et élaborer un plan d’atténuation des feux de forêt.
    • Protéger les zones naturelles et s’assurer que chacun y a un accès – continuer d’élaborer et de relier le système de patrimoine naturel d’Ottawa, notamment protéger et restaurer les cours d’eau, les zones humides et les eaux souterraines, et en prendre soin. Déterminer et gérer l’érosion et les pentes instables.
    • Augmenter le nombre de parcs ombragés en augmentant le nombre de parcs, d’arbres et de structures d’ombrage, en particulier dans les quartiers où il n’y en a pas beaucoup.
    • Appuyer la sensibilisation du public et l’intendance pour sensibiliser les gens au soin des arbres et à la valeur des zones humides et des espaces verts, et soutenir les programmes communautaires de gestion de l’environnement.

    Environnement naturel et parcs résilients Relier et renforcer le patrimoine naturel d’Ottawa par l’entremise de la protection, de la restauration et de l’intendance Gérer l’érosion et les pentes instables longeant les cours d’eau Augmenter la quantité d’arbres, adapter l’entretien et protéger les forêts contre les organismes nuisibles et les incendies de forêt Augmenter le nombre de parcs ombragés Programmes de sensibilisation du public et d’intendance En savoir plus : participons.ottawa.ca/la-resilience-climatique

    Pour en savoir plus et donner votre avis

  • Préparation et intervention en cas de conditions météorologiques extrêmes

    Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Partager le lien par courriel

    Au cours des dernières années, Ottawa a connu de nombreux phénomènes météorologiques extrêmes, notamment des inondations, des tornades, un derecho, des tempêtes de verglas et une mauvaise qualité de l’air causée par la fumée des feux de forêt. Ces événements ont une incidence sur la santé des personnes; endommagent les biens; et exercent une pression financière et mentale considérable sur les collectivités et la Ville.

    La fréquence et la gravité des phénomènes météorologiques extrêmes devraient augmenter avec les changements climatiques, tout comme les vagues de chaleur et les sécheresses prolongées. Les conditions météorologiques extrêmes ont une incidence directe sur les communautés et exacerbent de nombreuses inégalités déjà présentes. Bien que la Ville et ses partenaires disposent d’excellents systèmes d’intervention d’urgence, les changements climatiques exercent une pression accrue sur les ressources communautaires et de la Ville. Cela souligne également la nécessité d’une plus grande préparation de la part des fournisseurs de logements et de soins privés et à but non lucratif, ainsi que d’un soutien accru de la part de tous les ordres de gouvernement.

    Nous devons tous prendre des mesures pour nous préparer et faire face à des phénomènes météorologiques plus fréquents et plus violents, et soutenir les personnes les plus vulnérables.

    Les mesures clés proposées pour renforcer les mécanismes de préparation et d’intervention en cas de phénomènes météorologiques extrêmes.

    • Augmenter la capacité de la Ville à répondre aux urgences par la formation, la mise à jour des plans de préparation et d’intervention, et la fourniture renforcée d’équipement aux centres d’accueil d’urgence.
    • Fournir une éducation et un soutien communautaires en matière de préparation aux conditions météorologiques extrêmes, y compris la sensibilisation ciblée des zones exposées aux inondations et aux feux de forêt. Soutenir les réseaux de bénévoles et les plans d’urgence menés par les collectivités.
    • Fournir un soutien ciblé aux populations les plus exposées, y compris la distribution d’urgence de nourriture, d’eau et de piles médicales, et assurer la coordination des visites de bien-être. Plaider auprès des gouvernements provinciaux et fédéral pour obtenir un soutien supplémentaire.
    • Travailler avec des partenaires locaux pour créer des centres communautaires qui complètent les centres d’accueil de la Ville et apportent un soutien aux résidents plus près de chez eux.
    • Se préparer à d’autres pannes d’électricité grâce à une alimentation électrique de secours dans les centres d’accueil; à l’amélioration des communications; et à des stratégies visant à rétablir rapidement l’électricité pour les populations à risque et les services essentiels. Préconiser le renforcement des plans de préparation et d’intervention dans les établissements privés de soins de longue durée afin de fournir l’électricité, le chauffage ou le refroidissement, et l’eau nécessaires pour une durée maximale de 72 heures.
    • Soutenir les efforts des services d’électricité pour améliorer la résilience du réseau électrique en investissant dans l’enfouissement des lignes électriques, le renforcement des poteaux et la gestion des arbres. Examiner la production et le stockage d’énergie sur place pour réduire la dépendance envers le réseau électrique.

    Préparation et intervention en cas de conditions météorologiques extrêmes Fournir un soutien aux populations les plus à risque Renforcer l’éducation du public et soutenir les plans de mesures d’urgence des collectivités Accroître la capacité de la Ville à planifier et à réagir aux conditions météorologiques extrêmes Se préparer à d’autres pannes d’électricité Améliorer les communications, Assurer une alimentation de secours pour les installations critiques, Renforcer la résilience du réseau, Rétablir l’électricité pour les services essentiels En savoir plus : participons.ottawa.ca/la-resilience-climatique

    Pour en savoir plus et donner votre avis

  • Les mesures transversales visant à rendre la Ville d’Ottawa résiliente aux changements climatiques

    Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Partager le lien par courriel

    La préparation aux changements climatiques nécessite un changement dans la façon dont nous concevons et construisons notre ville et dont nous fournissons des services. Il s’agit d’un objectif à long terme qui devra être intégré dans l’ensemble de la planification et de la prise de décision de la Ville. Il est également important de continuer à réduire les émissions de gaz à effet de serre afin d’atténuer la gravité des risques climatiques futurs.

    La Ville ne peut pas atteindre seule ses objectifs en matière de changements climatiques. La création du programme Parés pour les changements climatiques Ottawa nécessitera une collaboration avec d’autres ordres de gouvernement, des institutions, des entreprises et des organisations communautaires. Il faudra également s’engager à intégrer la santé et l’équité dans la conception et la mise en œuvre des programmes afin de s’assurer que les personnes les plus touchées par les changements climatiques bénéficient d’un soutien.

    Les mesures clés proposées pour rendre la ville d’Ottawa résiliente aux changements climatiques.

    • Adopter un modèle de leadership distribué et renforcer les capacités de tous les services municipaux pour mettre en œuvre le programme Parés pour les changements climatiques Ottawa.
    • Continuer à travailler avec les partenaires communautaires et les autres ordres de gouvernement pour partager l’apprentissage et cerner les possibilités d’action commune. Communiquer publiquement les renseignements et les données sur la préparation aux changements climatiques et la réduction des risques.
    • Plaider en faveur d’une intervention renforcée des autres ordres de gouvernement pour avoir des politiques, des programmes et des financements qui atténuent les risques liés aux conditions climatiques futures et soutiennent l’action de la Ville et de la collectivité.
    • Continuer à intégrer la préparation aux changements climatiques dans les plans, les politiques et les approvisionnements clés de la Ville. Intégrer l’atténuation des risques climatiques dans les plans de référence, tels que les plans directeurs, les plans de gestion des actifs et les plans financiers à long terme. Continuer à suivre les investissements prévus dans la résilience climatique, les risques climatiques et les stratégies d’atténuation, et à en rendre compte.
    • Continuer à plaider en faveur de la réduction des émissions de gaz à effet de serre et à investir dans ce domaine afin de réduire la gravité des effets climatiques.
    • Élaborer une stratégie de financement qui tiendra compte des besoins à court et à long terme. Déterminer les coûts et les avantages d’un investissement proactif dans des infrastructures résilientes au cours des prochaines décennies, et examiner les moyens de tirer profit du financement et des partenariats.

    Mesures transversales visant à rendre la ville d’Ottawa résiliente aux changements climatiques Continuer d’investir afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre visant à atténuer la gravité des effets des changements climatiques Adopter un modèle de leadership distribué et renforcer les capacités de tous les services municipaux Échanger des renseignements et explorer les occasions d’intervention conjointe avec les partenaires locaux Élaborer une stratégie de financement pour les investissements initiaux et tirer parti du financement externe Intervenir auprès d’autres ordres de gouvernement pour avoir des politiques, des programmes et du financement soutenant les mesures Suivre les investissements consacrés à la préparation climatique dans les plans et budgets de la Ville En savoir plus : participons.ottawa.ca/la-resilience-climatique

    Pour en savoir plus et donner votre avis

  • Les principaux risques climatiques pour Ottawa

    Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Partager le lien par courriel

    La Ville a entrepris une évaluation de la vulnérabilité et des risques climatiques afin de déterminer les principaux risques d’ordre climatique pour Ottawa. Il s’agit de la deuxième phase de l’élaboration de la Stratégie de résilience climatique.

    L’évaluation de la vulnérabilité et des risques climatiques s’appuie sur les projections climatiques élaborées en 2020 ainsi que sur les contributions et l’expertise du personnel de la Ville, des partenaires communautaires et du public. Elle vise à déterminer le degré de vulnérabilité d’Ottawa aux conditions climatiques changeantes et à établir des priorités quant aux mesures à prendre.

    Dans le cadre du projet, ont été évaluées près de 150 répercussions climatiques potentielles sur la santé, le bien‑être de la communauté, les infrastructures, l’environnement naturel et l’économie. Parmi ces répercussions climatiques potentielles, on a dégagé 40 risques prioritaires pour lesquels des mesures doivent être prises au cours des trois prochaines années. Il s’agit notamment de risques liés à l’augmentation des températures et des précipitations, ainsi qu’à une augmentation des épisodes météorologiques extrêmes tels que les inondations, les vents violents et les pluies verglaçantes.

    Parmi ces risques prioritaires, citons les suivants :

    • Augmentation des maladies liées à la chaleur.
    • Augmentation de la demande de climatisation des immeubles (surtout dans les bâtiments communautaires, comme les écoles, les logements des ménages à faible revenu et les foyers de soins de longue durée privés).
    • Augmentation du nombre d’espèces envahissantes, de parasites et de maladies nuisant aux arbres, aux espaces verts et à la production agricole.
    • Vecteurs de maladies nouveaux ou en plus grand nombre (p. ex., tiques porteuses de la maladie de Lyme, moustiques porteurs du virus du Nil occidental).
    • Augmentation des dommages causés aux routes, aux bâtiments et aux autres infrastructures en raison des cycles de gel-dégel et du verglas.
    • Dommages causés aux infrastructures et aux propriétés par les inondations dues aux fortes pluies et aux crues des rivières.
    • Augmentation des pressions sur la Ville et les services communautaires pour intervenir efficacement lors d’épisodes météorologiques extrêmes simultanés ou répétés.
    • Réduction de l’accès aux services essentiels pendant les épisodes météorologiques extrêmes, tels que l’électricité, les soins de santé, l’éducation, les banques alimentaires et les transports en commun.
    • Augmentation des difficultés pour les personnes à faible revenu ou les communautés défavorisées (santé physique, financière et mentale).


    Pour en savoir plus sur ces répercussions climatiques, consultez le rapport d’évaluation de la vulnérabilité et des risques climatiques (en anglais seulement) et l’annexe D (Vulnérabilités et risques climatiques par secteur) [en anglais seulement]. Un résumé des risques prioritaires est également disponible.

    L’évaluation de la vulnérabilité et des risques climatiques a été présentée au Comité permanent de la protection de l’environnement, de l’eau et de la gestion des déchets le 21 juin 2022 et au Conseil municipal le 6 juillet 2022. Vous pouvez regarder les enregistrements du Comité et du Conseil sur YouTube.

  • Ottawa en 2050 : Chaleur extrême

    Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Partager le lien par courriel


    Le climat d’Ottawa se réchauffe déjà. Entre le milieu des années 1940 et le milieu des années 2010, la température moyenne d’Ottawa a augmenté de 1,3 degré Celsius.

    Cette tendance se poursuivra au cours des années à venir. Il fera plus chaud à Ottawa tout au long de l’année : les vagues de chaleur seront plus fréquentes et les jours de froid extrême moins nombreux.


    Ce à quoi nous nous attendons

    D’ici les années 2050, dans un scénario prévoyant de fortes émissions, la température de la région de la capitale nationale devrait, selon les projections, évoluer comme suit.

    • Augmentation des températures moyennes en toutes saisons – la température moyenne augmentera de 3,2 degrés Celsius.
    • Moins de froids extrêmes – le nombre de jours où la température est inférieure à -10 degrés Celsius diminuera de 35 %. Cela représente une diminution à 46 jours par année comparativement au nombre actuel de 71 jours.
    • Davantage de vagues de chaleur extrême – il y aura quatre fois plus de journées très chaudes dépassant les 30 degrés Celsius. Cela représente une augmentation à 43 jours par année, comparativement au nombre actuel de 11 jours.
    • Augmentation de l’humidex – le nombre de jours avec des niveaux élevés d’humidex va augmenter.
    • Sécheresse – plus de variabilité dans les précipitations et de risque de sécheresse.


    Pour obtenir de plus amples renseignements sur ce à quoi vous devez vous attendre pour les années 2030 et 2080, consultez la synthèse de l’évolution du climat dans la région de la capitale nationale.


    Quels sont les principaux risques liés à la chaleur extrême et à la sécheresse?

    • Augmentation des maladies liées à la chaleur – la chaleur extrême peut provoquer de la déshydratation, de l’épuisement dû à la chaleur, des coups de chaleur et même la mort.
    • Diminution des activités récréatives en plein air et du transport actif – des étés plus chauds et plus humides pourraient entraîner une diminution des sports et des activités récréatives en plein air ainsi que l’annulation d’événements communautaires.
    • Augmentation de la demande de climatisation des immeubles – avec la hausse des températures, la demande de climatisation en été augmentera, ce qui entraînera une hausse des coûts énergétiques. Il pourrait également être nécessaire de rénover les bâtiments pour y ajouter un meilleur système de climatisation et de ventilation. Les bâtiments communautaires tels que les églises, les garderies ou les écoles pourraient être contraints de fermer temporairement pendant les vagues de chaleur extrême s’ils ne disposent pas d’une climatisation adéquate.
    • Augmentation de la demande de zones d’ombre et d’installations récréatives en intérieur et en extérieur pour fuir la chaleur.
    • Répercussions sur l’environnement naturel – la chaleur extrême et la sécheresse causent un stress supplémentaire sur nos écosystèmes. La prolifération d’algues est néfaste pour la santé des humains et entraîne la mise en vigueur d’interdiction de baignade.
    • Réduction des rendements agricoles et augmentation de l’irrigation – la chaleur extrême et la sécheresse créent des conditions agricoles difficiles et réduisent les récoltes.


    Pour en savoir plus sur les répercussions climatiques qui pèsent sur Ottawa, consultez l’évaluation de la vulnérabilité et des risques climatiques.


    Qui sont les personnes les plus vulnérables à la chaleur extrême?

    Les températures élevées peuvent mettre tout le monde en danger, surtout les personnes qui n’ont pas accès à la climatisation. Les risques pour la santé sont plus élevés pour les nourrissons, les personnes âgées, les personnes qui travaillent ou font de l’exercice en plein air, les personnes souffrant de problèmes de santé préexistants et les personnes en situation d’itinérance.

    La réduction de l’accès aux loisirs pourrait avoir des répercussions sur la santé mentale et le bien‑être des personnes et des familles qui pourraient se retrouver encore plus isolées si les activités de plein air gratuites ou peu coûteuses sont annulées.


    Comment pouvez-vous vous préparer?

    Nous avons tous un rôle à jouer dans la préparation aux conséquences des changements des schémas météorologiques et des événements extrêmes. Découvrez ce que vous pouvez faire et ce que la Ville fait en prévision des changements climatiques, et visitez le Centre de ressources (à venir) qui offre des ressources supplémentaires pour aider les communautés à se préparer aux changements climatiques.


    L’effet d’îlot thermique urbain

    Carte de la ville d’Ottawa avec couleurs dégradées indiquant la température de la surface du sol. Cette carte démontre que les rivières, les lacs, les espaces verts, les parcs, les espaces naturels et les zones aux surfaces claires (toits blancs, etc.) sont généralement plus frais. Les gros bâtiments aux toits sombres (centres commerciaux, édifices institutionnels, etc.), les grandes aires de stationnement et les pelouses artificielles absorbent et retiennent la chaleur. Ces zones sont ce que l’on appelle des îlots de chaleur urbains.

    L’effet d’îlot thermique urbain se manifeste lorsque la température des zones bâties est plus élevée que celles des zones avoisinantes. Les immeubles, les terrains de stationnement et les autres surfaces de couleur foncée retiennent la chaleur et deviennent plus chauds que les espaces verts, les aires d’eau et les zones rurales, à proximité. Durant la journée, la température moyenne annuelle de l’air d’une ville comptant un million de personnes ou plus peut se réchauffer d’un à trois degrés Celsius par rapport aux environs. Le soir, la différence peut atteindre jusqu’à 12 degrés Celsius.

    À l’aide des images satellitaires du 18 juillet 2019, soit une journée chaude où la température s’élevait à 27,3 degrés Celsius et où l’indice humidex était de 31, la Ville d’Ottawa, en partenariat avec Santé publique Ottawa, a créé deux cartes des îlots thermiques urbains :


    Les codes de couleurs affichent les variations des températures de surface, de 15 à 38 degrés Celsius, dans toute la ville. La carte indique où sont les zones froides, notamment la rivière des Outaouais et la rivière Rideau, ainsi que leurs affluents, la Ceinture de verdure, les espaces verts, les parcs, les espaces naturels, et les surfaces de couleur pâle, notamment les immeubles ayant un toit blanc. Les immeubles ayant un toit de couleur foncée (comme celui des grands bâtiments commerciaux et institutionnels), les terrains de stationnement et les gazons artificiels correspondent à des zones plus chaudes qui absorbent et retiennent la chaleur.

    Ces cartes indiquent les zones potentiellement à risque en raison des îlots thermiques urbains. Il existe d’autres facteurs de risque pour les individus, dont l’absence d’accès à un espace climatisé au travail, à l’école, à la maison et dans les déplacements, le fait de travailler ou de faire de l’activité physique à l’extérieur, l’âge et la présence de problèmes de santé.


    À quoi servent les cartes des îlots thermiques urbains?

    Les cartes des îlots thermiques nous permettent de constater comment nos choix d’utilisation du sol modifient la température de surface. Comme les températures devraient augmenter de 3,2 degrés Celsius d’ici 2050 et que le nombre de jours où la température est supérieure à 30 degrés Celsius devrait quadrupler pour atteindre 43 jours, les îlots thermiques accentuent les effets des épisodes de chaleur extrême. La chaleur extrême nous affecte tous, mais certaines personnes sont plus vulnérables au stress thermique, y compris les personnes très jeunes et très âgées, les personnes enceintes, les personnes ayant des problèmes de santé, les personnes qui travaillent à l’extérieur, les athlètes, les personnes en situation d’itinérance ou en situation de logement précaire, et celles qui n’ont pas facilement accès à la climatisation.

    Les cartes des îlots thermiques peuvent servir à orienter les politiques et la planification (ou l’aménagement) du milieu bâti. La protection des arbres ainsi que la plantation de ceux-ci font partie des stratégies visant à diminuer les températures de surface, tout comme l’ajout de végétation sur le toit des immeubles (et autour de ceux‑ci) et dans les stationnements, sans oublier l’intégration de parcs, d’espaces verts et de surfaces réfléchissantes telles que des toitures de couleur pâle.

  • Ottawa en 2050 : Changements de saisons

    Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Partager le lien par courriel

    Les températures moyennes augmentent pour toutes les saisons, ce qui entraîne un changement de leurs caractéristiques typiques.

    Ce à quoi nous nous attendons

    D’ici les années 2050, dans un scénario prévoyant de fortes émissions, les saisons de la région de la capitale nationale devraient, selon les projections, évoluer comme suit.

    • Des printemps plus précoces – le dernier jour de gel printanier aura lieu deux semaines plus tôt.
    • Des automnes plus tardifs – le premier jour de gel automnal aura lieu trois semaines plus tard.
    • Des hivers plus courts – l’hiver sera plus court de cinq semaines.
    • Changement des cycles de gel‑dégel – les températures hivernales avoisineront plus fréquemment 0 degré Celsius à l’avenir. Les épisodes de gel‑dégel en hiver augmenteront de 33 %.
    • Diminution des chutes de neige – les chutes de neige totales annuelles diminueront de 20 %.
    • Une saison des neiges plus courte – la première chute de neige aura lieu plus tard dans l’année, et la dernière chute de neige sera plus précoce. Par conséquent, le nombre de jours d’enneigement devrait diminuer, passant de 115 à 72 jours.


    Pour obtenir de plus amples renseignements sur ce à quoi vous devez vous attendre pour les années 2030 et 2080, consultez la synthèse de l’évolution du climat dans la région de la capitale nationale.


    Quels sont les principaux risques liés aux changements de saisons?

    • Augmentation du nombre d’espèces envahissantes, de parasites et de maladies nuisant à notre environnement naturel et aux zones agricoles.
    • Augmentation des cas de maladie de Lyme, de virus du Nil occidental et possiblement d’autres maladies, car les saisons prolongées et plus chaudes permettent une augmentation des populations de tiques et de moustiques. D’autres maladies qui ne sont pas actuellement répandues dans notre région pourraient également augmenter.
    • Augmentation des risques de glissades et de chutes lorsque les chaussées sont glacées en raison de l’augmentation des épisodes de gel‑dégel.
    • Dommages causés aux routes, aux bâtiments et aux autres infrastructures en raison de l’augmentation des cycles de gel‑dégel et des pluies verglaçantes, ce qui entraîne une augmentation des besoins d’entretien et des risques pour les usagers.
    • Plus de pressions sur les parcs et les plages en raison d’une utilisation accrue.
    • Déclin du tourisme et des loisirs d’hiver, car la diminution de la neige et les conditions plus chaudes réduisent les possibilités d’activités telles que le patinage, le ski et la raquette.


    Pour en savoir plus sur les répercussions climatiques qui pèsent sur Ottawa, consultez l’évaluation de la vulnérabilité et des risques climatiques.



    Qui sont les personnes les plus vulnérables?

    Les températures élevées mettent tout le monde en danger. Les personnes qui travaillent à l’extérieur ou qui passent beaucoup de temps en plein air sont exposées à un risque accru de contracter la maladie de Lyme et le virus du Nil occidental. Les piétons courent un risque accru de glissades et de chutes en raison de l’augmentation des conditions de verglas, ce qui pourrait également accroître l’isolement des personnes à mobilité réduite.


    Comment pouvez-vous vous préparer?

    Nous avons tous un rôle à jouer dans la préparation aux conséquences des changements des schémas météorologiques et des événements extrêmes. Découvrez ce que vous pouvez faire et ce que la Ville fait en prévision des changements climatiques, et visitez le Centre de ressources (à venir) qui offre des ressources supplémentaires pour aider les communautés à se préparer aux changements climatiques.

  • Ottawa en 2050 : Des précipitations plus intenses et des risques d’inondation

    Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Partager le lien par courriel


    Ottawa a connu une augmentation des précipitations au cours des dernières décennies, en particulier au printemps et à l’automne. Ces tendances persisteront à mesure que notre climat se réchauffera. La quantité et l’intensité des pluies augmenteront, y compris pendant la saison hivernale.


    Ce à quoi nous nous attendons

    D’ici les années 2050, dans un scénario prévoyant de fortes émissions, les précipitations dans la région de la capitale nationale devraient, selon les projections, évoluer comme suit.

    • Augmentation des précipitations totales (sauf en été) – la quantité totale de précipitations (pluie et neige) augmentera de 8 % au printemps, en hiver et en automne. Cependant, la quantité de pluie en été (de juin à septembre) n’augmentera pas.
    • Les jours de pluie seront plus intenses – bien que le total des précipitations annuelles augmente, ces précipitations seront concentrées dans le même nombre de jours de pluie. La quantité maximale de précipitations tombant en un jour augmentera de 15 %.
    • Augmentation des pluies verglaçantes – les mois les plus froids verront probablement une augmentation des pluies verglaçantes en raison de la hausse du nombre de jours autour de 0 degré Celsius. La fréquence des pluies verglaçantes au printemps et à l’automne devrait diminuer.


    Pour obtenir de plus amples renseignements sur ce à quoi vous devez vous attendre pour les années 2030 et 2080, consultez la synthèse de l’évolution du climat dans la région de la capitale nationale.


    Quels sont les principaux risques liés aux précipitations plus intenses et aux inondations?

    • Dommages causés par les inondations – des précipitations plus intenses peuvent submerger les réseaux d’égouts et augmenter le risque d’inondation dans nos rues et nos maisons. Les inondations continentales ou riveraines peuvent endommager ou réduire l’accès aux routes, aux transports en commun, aux sentiers, aux propriétés et aux autres infrastructures. L’augmentation des précipitations peut également endommager et submerger les infrastructures d’eaux pluviales, d’eaux usées et de protection contre les inondations.
    • Santé mentale, physique et financière – les inondations ont des répercussions négatives sur la santé des personnes directement touchées. Elles peuvent également provoquer des moisissures et contaminer les puits privés et les systèmes septiques.
    • Réduction des rendements agricoles – des précipitations plus variables et les risques d’inondation créent des conditions agricoles difficiles et réduisent les récoltes.
    • La section ci‑dessous présente d’autres risques des pluies verglaçantes et des épisodes météorologiques extrêmes.


    Pour en savoir plus sur les répercussions climatiques qui pèsent sur Ottawa, consultez l’évaluation de la vulnérabilité et des risques climatiques.


    Qui sont les personnes les plus vulnérables?

    Certaines personnes sont plus vulnérables face à l’augmentation des précipitations. Les communautés situées dans des secteurs propices aux inondations peuvent être affectées plus fréquemment ou plus gravement, ce qui rend la préparation et l’intervention en cas d’inondation plus difficiles. Les ménages à faible revenu et les autres ménages défavorisés sont particulièrement vulnérables. Les communautés qui comptent des puits privés et qui sont situées dans des secteurs propices aux inondations sont plus à risque de contamination de l’eau de puits et de dommages aux systèmes d’approvisionnement en eau causés par les inondations.


    Comment pouvez-vous vous préparer?

    Nous avons tous un rôle à jouer dans la préparation aux conséquences des changements des schémas météorologiques et des événements extrêmes. Découvrez ce que vous pouvez faire et ce que la Ville fait en prévision des changements climatiques, et visitez le Centre de ressources (à venir) qui offre des ressources supplémentaires pour aider les communautés à se préparer aux changements climatiques.


    Cartographie des zones inondables et changements climatiques

    Cartographie des zones inondables à Ottawa

    La cartographie des zones inondables indique les secteurs susceptibles d’être inondés en raison de la crue d’un cours d’eau. Une carte interactive des zones inondables, qui a été établie en s’appuyant sur la carte des risques d’inondation produite par les offices locaux de protection de la nature en collaboration avec la Ville d’Ottawa, est maintenant accessible. La carte montre trois différents phénomènes d’inondation :

    • une grande inondation, dont les probabilités sont de 2 % chaque année et la fréquence, d’une fois tous les 50 ans;
    • une inondation réglementaire, dont les probabilités sont de 1 % chaque année et la fréquence, d’une fois tous les 100 ans;
    • une inondation plus extrême qui pourrait se produire en raison des changements climatiques, dont la fréquence serait d’une fois tous les 350 ans.


    L’effet des changements climatiques sur l’ampleur et la probabilité des inondations futures est difficile à prévoir. Les projections climatiques locales établies pour la région de la capitale nationale indiquent des tendances au réchauffement des températures, à l’augmentation des quantités de pluie (y compris en hiver et au printemps), ainsi qu’à des précipitations plus intenses. Tout cela peut affecter le niveau et le débit des rivières. Le phénomène d’inondation à fréquence d’une fois tous les 350 ans a été sélectionné comme un phénomène de plus grande magnitude étant plus approprié pour évaluer les changements potentiels des risques et des dangers d’inondations riveraines dus aux changements climatiques.


    Objectif et utilisation de la cartographie des zones inondables

    La cartographie des zones inondables est essentielle pour une gestion efficace des risques d’inondation riveraine par la prévention ou la limitation des risques, la protection des personnes et des propriétés, la planification des mesures d’urgence et la préparation des interventions. Une gestion efficace des dangers et des risques implique souvent la combinaison de plusieurs mesures. La Ville, les offices de protection de la nature et les propriétaires ont tous un rôle à jouer dans la gestion des risques d’inondation. Selon le Plan officiel de la Ville, par exemple, pour tout nouvel aménagement dans une zone inondable à une fréquence d’une fois tous les 350 ans, il doit être démontré comment l’aménagement atténuera les risques d’inondations plus graves.


    En quoi ces cartes servent‑elles à élaborer la Stratégie de résilience climatique?

    Les cartes des zones inondables à fréquence d’une fois tous les 350 ans sont utilisées pour élaborer la Stratégie de résilience climatique. Les cartes peuvent être utilisées pour déterminer les communautés, les parcs et les infrastructures qui pourraient être touchés par des inondations plus graves. Les données ainsi recueillies servent, par exemple, à élaborer des plans visant à assurer la prestation continue des services dans les usines de purification de l’eau et de traitement des eaux usées de la Ville.

    Cliquez ici pour en savoir plus sur la cartographie des zones inondables.

Dernière mise à jour de la page: 12 avril 2024, 16h51